Babi Yar: the poetic and musical tale against erasure - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2020

Babi Yar: the poetic and musical tale against erasure

Babi Yar : le récit poétique et musical contre l'effacement

(1)
1
Catherine Géry
  • Fonction : Auteur
  • PersonId : 977016

Résumé

La place que le massacre de Babi Yar (Kiev, 1941) a occupé (ou qu’il n’a pas occupé) dans ce qu’on a coutume d’appeler aujourd’hui la mémoire collective (publique, étatique) soviétique, témoigne d’un effacement qui s’est effectué à trois reprises et dont on peut résumer les étapes successives comme suit : effacement des Juifs de Kiev, effacement des traces et des lieux de l’effacement, effacement de la mémoire des témoins de l’effacement. Une vingtaine d’années après Babi Yar, afin de réinscrire l’événement dans la culture et la mémoire soviétiques, le poète Evguéni Evtouchenko et le compositeur Dmitri Chostakovitch se sont fait les interprètes (les voix, au sens littéral du terme) d’un épisode génocidaire qui, pour avoir été constamment nié, n’en demeure pas moins la monade de la Shoah tout entière sur les territoires de l’ex-URSS. Ils ont réussi à combattre la violence de l’effacement en lui donnant une forme sonore : le fracas des vers, puis le fracas de la musique sont venus déchirer le voile de silence qui entourait Babi Yar, permettant par là même une activation de la mémoire prosthétique.
The place that the massacre of Babi Yar (Kiev, 1941) occupied (or did not occupy) in what we are accustomed to calling today the Soviet collective (public, state) memory, bears witness to an erasure that took place on three occasions and whose successive stages can be summarised as follows: erasure of the Jews of Kiev, erasure of the traces and places of the erasure, erasure of the memory of the witnesses to the erasure. Some twenty years after Babi Yar, in order to re-inscribe the event in Soviet culture and memory, the poet Yevgeny Yevtushenko and the composer Dmitri Shostakovich became the interpreters (the voices, in the literal sense of the word) of a genocidal episode which, having been constantly denied, nevertheless remains the monad of the Shoah as a whole in the territories of the former USSR. They succeeded in fighting the violence of the erasure by giving it a sonorous form: the clash of the verses, then the clash of the music came to tear the veil of silence that surrounded Babi Yar, thus allowing an activation of the prosthetic memory.
Fichier principal
Vignette du fichier
BabyYar_texte def.pdf (457.36 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Dates et versions

hal-03131581 , version 1 (04-02-2021)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03131581 , version 1

Citer

Catherine Géry. Babi Yar : le récit poétique et musical contre l'effacement. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky. Violence et Récit. Dire, traduire, transmettre le génocide et l’exil, Hermann, 2020. ⟨hal-03131581⟩
70 Consultations
87 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More