The Sexual and Asexual Body in 19th century Russian literature - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue La Revue russe Année : 2019

The Sexual and Asexual Body in 19th century Russian literature

Corps sexué et corps asexué dans la littérature russe du XIX e siècle

(1)
1

Résumé

In Russian literature of the 19th century, a literature which has only with great difficulty consummated the marriage of Eros and Logos, the body is a paradoxical object whose presence, but also whose absence, says much about the taboos of high culture, the absorption of these taboos and the literary stratagems for evading, repressing or bypassing the scandalous possibility of a sexualised body animated by desire. We attempt to evaluate the forms that literary discourse on sexuality was able to take in a century, the 19th, which is frequently thought of as that in which impulses and their repression were recognised, and we will see how the processes of “deprivation” and “disalienation” (emancipation) show in Russian literature, from Karamzin to Tolstoy, the two opposing poles of the sexual culture. In the context either of the disjunction between speech and its literary evocation or of the denial of sexuality, Nikolai Leskov is without doubt the Russian writer who, with Tolstoy, best illustrates in Russian 19th century literature the extraordinary erotic tension of writing when it is subjected to a double effect ofcensorship and repression.
Dans la littérature russe du XIXe siècle, une littérature qui n’a que très difficile­ ment consommé les noces de l’Éros et du Logos, le corps est un objet paradoxal dont la présence, mais aussi l’absence, en dit long sur les interdits de la culture savante, l’intégration de ces interdits par les écrivains et les stratégies littéraires d’évitement, de refoulement ou de contournement de cet objet scandaleux que peut­ être un corps sexualisé et animé par le désir. Nous tenterons d’évaluer les formes qu’a p. prendre le discours littéraire sur la sexualité dans un siècle, le XIXe, qui est fréquemment pensé comme étant celui de la répression des pulsions, et nous verrons comment les processus de « privation » et de « désaliénation » (émancipation) four­ nissent dans la littérature russe, de Karamzine à Tolstoï, les deux pôles antagonistes de la culture de la sexualité. Dans un contexte soit de rupture entre le discours et son incarnation littéraire, soit de déni de la sexualité, Nicolas Leskov est sans doute l’écrivain russe qui, avec Tolstoï, illustre le mieux dans la littérature russe du XIXe siècle l’extraordinaire tension érotique de l’écriture quand elle est soumise à un double effet de censure et de refoulement.
Fichier principal
Vignette du fichier
RR52_Géry.pdf (4.89 Mo) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte
Loading...

Dates et versions

hal-02166451 , version 1 (26-06-2019)

Identifiants

  • HAL Id : hal-02166451 , version 1

Citer

Catherine Géry. Corps sexué et corps asexué dans la littérature russe du XIX e siècle. La Revue russe, 2019. ⟨hal-02166451⟩
59 Consultations
32 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More