Compte-rendu de l’ouvrage de John J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq 334 H./945 to 403 H./1012 - Shaping institutions for the Future, Leyde, Brill, Islamic History and Civilization, Studies and Texts, vol. 44, 2003, 381 p.

Résumé : 0 iii. histoire donoHue John J., The Buwayhid Dynasty in Iraq 334 H./945 to 403 H./1012-Shaping Institutions for the Future [Vanessa Van Renterghem] donoHue John J., The Buwayhid Dynasty in Iraq 334 H./945 to 403 H./1012 – Shaping Institutions for the Future Leyden, Brill (Islamic History and Civilization, Studies and Texts, vol. 44), 2003. 381 p. La bibliographie en langue occidentale concernant l'émirat bouyide d'Irak (334-447/945-1055) est peu abondante et remonte en grande partie aux années 1960 (1) ; on doit lui adjoindre l'étude plus récente de Joel Kraemer (2) consacrée à la floraison intellectuelle et philosophique caractéristique de la période, qui offre en préliminaire une synthèse événementielle et thématique centrée sur l'Irak. L'ouvrage publié en 2003 par John Donohue se positionne dans la continuité des recherches antérieures, offrant une étude bien documentée sur la domination des émirs shi©ites sur Bagdad sans apporter de problématique nouvelle. Sa structure diffère peu de celle des recherches préexistantes et la bibliographie utilisée est essentiellement antérieure aux années 1970. L'auteur présente dans un premier temps le fonction-nement du système de l'émirat et analyse son institution-nalisation progressive. Le premier chapitre, événementiel, retrace le règne des six premiers Bouyides d'Irak, de Mu©izz al-Dawla (334-356/945-967) à Bahae' al-Dawla (379-403/989-1012) et livre une analyse du rôle des émirs et de leurs rapports avec le calife abbasside. Le second chapitre focalise sur le vizirat et le système administratif bouyides; à travers l'évocation chronologique des vizirs successifs, il entend mettre en lumière la montée en puissance du vizir de l'émir, face à un calife dépourvu de tout pouvoir effectif. Il décrit la structure des dîwaen-s bouyides et insiste sur le fait que le personnel administratif était composé en majorité d'étrangers, souvent venus des régions iraniennes, ce qui aurait renforcé le fossé entre la population locale et ses gouvernants, émirs et bureaucrates non irakiens et souvent non arabes. Le troisième chapitre, plus bref, s'intéresse à l'armée, aux rivalités internes entre Turcs et Daylamites et aux aspects matériels de son fonctionnement. La partie suivante est consacrée au gouvernement des provinces irakiennes et aux turbulences croissantes des tribus arabes et kurdes; on y trouvera les développements les plus originaux au regard de la bibliographie préexistante. Donohue y présente un tableau de l'influence respective des tribus, des gouver-nements centraux, abbasside puis bouyide, et d'éventuels pouvoirs locaux autonomes dans les différentes provinces et villes irakiennes; il décrit la délégation de l'administration locale à des militaires daylamites ou turcs, découlant du système d'affermage des taxes et revenus locaux (∂amaen), et s'intéresse aux prérogatives des gouverneurs. Il met ainsi en valeur l'autonomie croissante du gouverneur du ©Iraeq sous le règne de Bahae' al-Dawla, concomitant au déclin de l'autorité centrale bouyide. L'analyse du rôle des tribus kurdes et bédouines et de leur rapport au pouvoir bouyide est originale et bien documentée, bien que les développe-ments sur le système de la Ìimaeya restent quelque peu confus et finissent par renvoyer à une bibliographie an-cienne. Le chapitre v, sous couvert d'étudier l'administration des terres, fournit quelques développements sur le système de l'iq †ae' employé par les Bouyides pour rémunérer leurs généraux et pose la question du déclin démographique de l'Irak au iv e /x e siècle, répondant essentiellement à un débat historiographique remontant aux années 1960. Sans véritable transition, le chapitre vi trace le portrait d'un califat abbasside dépossédé de ses attributions traditionnelles, dépourvu notamment de pouvoir militaire et administratif; il décrit ensuite le lent redressement entrepris par le calife al-Qaedir (381-422/991-1031), cherchant le soutien de la population sunnite de Bagdad. Les chapitres suivants concernent moins le système bouyide à proprement parler que la vie bagdadienne sous le gouvernement des émirs. Dans le chapitre vii, Donohue s'intéresse à ce qu'il qualifie d'institutions politico-religieu-ses, catégorie dans laquelle il classe, sans bien la définir, les juges, témoins légaux (‡uhºd) et syndics abbassides et surtout †aelibides (naqîb-s). On y trouve quelques rensei-gnements concrets sur les circonscriptions judiciaires de Bagdad et sur la nomination de qae∂î-s par les Bouyides, ainsi que sur le rôle des naqîb-s et le rapprochement progressif des †aelibides et du pouvoir califal. Le chapitre viii, en théorie consacré à «l'organisation sociale», ne manifeste aucune réelle cohérence: affirmant que la population bagdadienne était essentiellement divisée en deux classes organisées, celle des lettrés (learned class) et une «classe inférieure»
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-inalco.archives-ouvertes.fr/hal-01740315
Contributeur : Vanessa van Renterghem <>
Soumis le : mercredi 21 mars 2018 - 18:34:55
Dernière modification le : samedi 24 mars 2018 - 01:19:10
Document(s) archivé(s) le : jeudi 13 septembre 2018 - 07:43:00

Fichier

BCAI022_cr_034.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-01740315, version 1

Collections

Citation

Vanessa van Renterghem. Compte-rendu de l’ouvrage de John J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq 334 H./945 to 403 H./1012 - Shaping institutions for the Future, Leyde, Brill, Islamic History and Civilization, Studies and Texts, vol. 44, 2003, 381 p.. Bulletin critique des annales islamologiques, IFAO, 2006, 22, p. 70-71. ⟨hal-01740315⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

62

Téléchargements de fichiers

41