Initiation à la syntaxe chinoise

Résumé : Le livre traite des problèmes syntaxiques en chinois contemporain avec deux perspectives : diachronique et dialectale. L’évolution diachronique en chinois constitue un axe alors que les dialectes géographiquement étalés sur la Chine en sont un autre. Les deux axes présentent une sorte de projection du temps (diachronie) sur l’espace (dialectes) : plus on se déplace vers le sud, plus les caractéristiques du chinois classique sont préservés. Le but du livre est double : il cherche à la fois à répondre, avec une approche dynamique, aux questions les plus fréquemment posées par les étudiants, à la fois à présenter nos propres recherches combinant les deux perspectives. Le livre est composé de sept chapitres abordant sept thèmes. Dans chaque chapitre, les sections sont organisées par ordre de difficulté croissante. Tout d’abord le chapitre 1 introduit la théorie de M. J. Hashimoto (1978) pour discuter des changements progressifs du nord vers le sud. Depuis des milliers d’années, la langue chinoise se trouve entre les langues altaïques et les groupes différents des langues du sud. Ceci explique partiellement les changements syntaxiques dans les dialectes chinois par rapport à leur localisation géographique. Ces changements ont eu d’importants impacts sur l’ordre des mots en chinois, dans lequel une réorganisation des éléments postverbaux a pu être constatée à cause de l’apparition des verbes résultatifs et des marqueurs aspectuels. Le chapitre 2 étudie les marqueurs aspectuels qui sont issus des verbes. Toutes les particules aspectuelles sont le résultat de la grammaticalisation des verbes. Des preuves attestées dans les documents diachroniques et dialectaux expliquent les contraintes syntaxiques et sémantiques sur ces particules. Dans le chapitre 3, il est argumenté que le temps est exprimé par les adverbes et par d’autres expressions, étant donné que la catégorie grammaticale de temps n’existe pas en chinois comme en langues morphologiques. La particule de est examiné dans le chapitre 4, il semble particulier par rapport aux autres dialectes qui ne la possèdent pas. Ensuite le chapitre 5 exploite le marqueur d’objet ba qui s’est formé autour du 8e siècle après J.C. Ses contraintes syntaxiques et sémantiques indiquent que la langue chinoise contemporaine a besoin d’un marqueur syntaxique pour clarifier les relations entre agent et patient. Le chapitre 6 est complémentaire au chapitre 5, l’observation porte sur le marqueur d’agent bei qui s’est développé aussi pour satisfaire un besoin syntaxique de la langue chinoise. Enfin le chapitre 7 analyse des verbes auxiliaires différents qui impliquent des sens modaux variés.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
l'Asiathèque, 1996
Liste complète des métadonnées

https://hal-inalco.archives-ouvertes.fr/hal-01480609
Contributeur : Dan Xu <>
Soumis le : mercredi 1 mars 2017 - 15:50:10
Dernière modification le : lundi 8 octobre 2018 - 16:40:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01480609, version 1

Collections

EHESS | PSL | USPC

Citation

Dan Xu. Initiation à la syntaxe chinoise. l'Asiathèque, 1996. 〈hal-01480609〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

282