The Status of Marker gei in Mandarin Chinese - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Journal of Chinese Linguistics Année : 1994

The Status of Marker gei in Mandarin Chinese

(1)
1
Dan Xu

Résumé

In contemporary Chinese the morpheme gei, which is a full verb meaning ‘to give’, may be used either as an agent marker or as an object marker. In fact, the verbs meaning ‘to give’ often turn into agent markers in other Chinese dialects, and even in other languages. I have studied the status of gei in Mandarin Chinese in two cases, gei as an agent marker or as an object marker: (1)羊给狼吃了。yáng gěi láng chī le sheep -GEI-wolf-eat-final particle, ‘The sheep has been eaten by the wolf.’(gei =agent marker) (2)狼给羊吃了。láng gěi yáng chī le wolf-GEI-sheep-eat-final particle, ‘The wolf has eaten the sheep’(gei=object marker) This phenomenon in spoken Beijing Mandarin has been compared to its appearance in other dialects. The verb ‘to give’>causative marker>passive marker change is attested in 23 dialects, while the verb ‘to give’/ ‘to take’>active marker is found in 22 dialects in China. The verb meaning ‘to give’ used as an agent marker is a generalizable phenomenon; the key step that gei can mark the passive is the connection between its original verb meaning (‘to give’) and its causative function. Causative verbs actually constitute one of the common sources of passive markers in Chinese. This phenomenon is attested in both Southern dialects and in non-Han languages. As to why gei in Mandarin Chinese can be both an agent marker and an object marker, semantic and lexical reasons were presented to show that these kinds of verbs are susceptible to development in a contrary direction (‘to give’ or ‘to receive’) as ‘to take’ in English (Take him another book, take=give. He took my book, take=take away) or louer ‘to rent out to/to rent from’ in French. The affix ‘do-’ means ‘to give’ in French while ‘da-’ in Hittite (Benveniste, 1966) indicates ‘to take away’.
En chinois contemporain le morphème gei, verbe ayant le sens de ‘donner’, peut aussi bien marquer un agent qu’un patient. Les verbes [+donner] évoluent souvent vers les marqueurs d’agent dans d’autres dialectes chinois, même dans d’autres langues. Nous avons étudié le statut de gei en mandarin de Pékin dans deux situations : gei en tant que marqueur d’agent et en tant que marqueur de patient : (1)羊给狼吃了。yáng gěi láng chī le mouton-GEI-loup-manger- particule finale, ‘Le mouton a été mangé par le loup.’(gei = marqueur d’agent) (2)狼给羊吃了。láng gěi yáng chī le loup-GEI-mouton-manger-particule finale, ‘Le loup a mangé le mouton.’(gei=marqueur de patient) Ce phénomène en Pékinois a été comparé avec les structures similaires dans d’autres dialectes. Le changement du verbe [+donner]>marqueur du causatif>marqueur du passif a été attesté dans 23 dialectes tandis que celui du verbe [+donner] >marqueur de l’actif a été trouvé dans 22 dialectes en Chine. Le verbe [+donner] utilisé comme un marqueur d’agent constitue un phénomène commun ; l’étape-clé qui permet ce changement réside dans la connexion entre le trait sémantique du verbe « donner » et sa fonction syntaxique « causatif ». Les verbes causatifs alimentent les sources des marqueurs du passif en chinois. Ceci a été attesté dans les dialectes du sud et les langues non Han. Pourquoi en Pékinois gei peut-il jouer aussi bien le rôle d’un marqueur d’agent que celui de patient ? Les analyses sémantiques et lexicales ont été avancées pour montrer que ce genre de verbes est susceptible de se développer dans deux directions contraires : « donner » ou « recevoir » comme take en anglais (Take him another book, take=donner. He took my book, take=emporter) ou « louer» en français (louer à qqn peut exprimer : 1. Celui qui loue est propriétaire. 2. Celui qui loue est locataire). Le préfixe ‘do-’ donne le sens « donner » au français mais ‘da-’ en Hittite (Benveniste, 1966) exprime le sens « emporter ».
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01476957 , version 1 (26-02-2017)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01476957 , version 1

Citer

Dan Xu. The Status of Marker gei in Mandarin Chinese. Journal of Chinese Linguistics, 1994, 22 (2), pp.363-394. ⟨hal-01476957⟩
337 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More