Typological change in Chinese Syntax, Oxford University Press

Résumé : Dans le livre Typological Change in Chinese Syntax, nous avons avancé le point de vue selon lequel le chinois archaïque était typologiquement une “langue mixte”. Le chinois archaïque n’était pas une langue analytique comme on le croyait ; il employait aussi bien les moyens phonologiques, morphologiques, lexicaux que syntaxiques. Les relations grammaticales étaient exprimées par des moyens implicites tels que l’alternance entre les initiales voisées et non voisées, ablaut et changement de tons. Depuis les Han, la langue chinoise a commencé à exploiter des moyens explicites, i.e. la syntaxe, pour compenser la perte des moyens phonologiques et morphologiques. Les textes exhumés ont été négligés depuis trop longtemps par certains chercheurs sur le chinois classique et méritent plus de considérations. Le livre a montré tout au long de ses chapitres que depuis les Han, la langue chinoise a exploité pleinement les moyens syntaxiques au détriment des moyens phonologiques et morphologiques. Ce développement irrésistible signifie que les besoins syntaxiques sont générés par la langue elle-même. Si la morphologie en chinois archaïque est tombée en désuétude, la raison semble être que le développement d’un caractère correspondant à une syllabe, lié peut-être à la genèse des tons, empêchait un morphème de véhiculer plus d’une syllabe ou de contenir des groupes de consonnes. Le livre a émis une hypothèse selon laquelle la langue chinoise a subi des changements typologiques. Le Chapitre 1 From Old Chinese to Middle Chinese: Word order and word order change montre que l’ordre des mots en chinois archaïque n’était pas homogène : VO (verbe+objet) et OV coexistaient, et VO présentait un ordre majoritaire dans les inscriptions sur os et carapace de tortue. Dans les canons classiques avant les Han, il est clair que l’ordre des mots OV était soumis aux contraintes syntaxiques : l’objet antéposé devait être un pronom employé dans une phrase interrogative ou négative. En chinois contemporain, l’ordre VO est dominant. Ceci correspond aux observations de Greenberg (1963) et de Dryer (1992) selon lesquelles les langues avec l’ordre VO tendent d’avoir des prépositions puisque la langue chinoise utilise, dans la plupart des cas, des prépositions même si elle a gardé quelques postpositions. Nous confirmons que, typologiquement, le chinois est une langue SVO atypique. Dans le Chapitre 2 Orientation of verbs in Old Chinese, nous avons expliqué comment les orientations des verbes en chinois archaïque (surtout au IIe siècle avant J.C.) étaient marquées. Le chinois archaïque, un type de langue mixte, utilisait des moyens divers pour exprimer les relations syntaxiques. Nous avons observé les moyens phonologiques et morphologiques et étudié les moyens syntaxiques. Au début des Han (IIIe siècle avant J.C.), les moyens phonologiques étaient en déclin : on en retrouve seulement de minces traces dans des poèmes, des séries phonétiques ou des dictionnaires de rimes. En contraste avec le déclin des moyens phonologiques, les moyens syntaxiques se développaient d’une façon significative et devenaient dominants. Nous avons repéré, dans des textes classiques, surtout dans des textes exhumés, de nombreux exemples dans lesquels le changement de position d’un verbe indiquait de différentes relations entre l’agent et le patient. Dans le Chapitre 3 Causative structures in Old Chinese, nous avons montré que différents moyens travaillaient côte à côte pour indiquer la fonction causative. La volition d’un verbe n’était pas exprimée par la syntaxe mais par les moyens phonologiques et morphologiques. Il est clair que la langue chinoise tendait à marquer les relations grammaticales avec de plus en plus de moyens syntaxiques; la causative syntaxique ne suffisait plus et d’autres constructions syntaxiques ont fait leur apparition puis se sont développées dans le sens d’évolution de la langue chinoise. En chinois ancien, les constructions à pivot augmentaient dans ce contexte mais les verbes utilisés dans ces constructions n’étaient pas grammaticalisés comme dans d’autres. Le Chapitre 4 The rise of resultative compounds indique que la montée des verbes résultatifs (VR) en chinois marque un changement typologique important dans cette langue. Il montre qu’elle se développe d’une langue à cadrage verbal (verb-framed) à une langue à cadrage satellitaire (satellite-framed) (Talmy 2000). Les moyens phonologiques et morphologiques ne pouvaient plus satisfaire le développement syntaxique. L’évolution du verbe po ‘casser’ est significative ; il est classé aussi bien dans la catégorie des verbes que dans celle des adjectifs ; en effet sa position syntaxique dépend du fait s’il exprime le point de départ ou le point d’arrivée d‘un processus. Apparemment, po a évolué d’un verbe typiquement transitif vers un pseudo-adjectif : maintenant il indique d’une façon pertinente le point d’arrivée d’une action. A la fin les particules de négation ont été étudiées dans le Chapitre 5 Negation in Old Chinese. Dans ce chapitre, nous avons examiné brièvement les particules de négation en chinois archaïque et leur simplification. Nos analyses sont principalement basées sur la comparaison entre des textes transmis et des versions exhumées. Nous avons montré que les différences résident plutôt dans les périodes et régions que dans la morphologie ou syntaxe. Nous nous intéressons surtout aux Han (206 avant J.C.-220 après J.C.). Nous avons pris en compte non seulement la syntaxe de ces textes, un critère élémentaire et indispensable, mais aussi la forme graphique des caractères de ces textes, une piste précieuse dans les recherches, et leur phonologie, un instrument utile pour comprendre le chinois classique. Nos investigations montrent encore une fois que le chinois archaïque n’était pas typologiquement une langue homogène, mais une langue mixte dans laquelle une morphologie, bien que faible, existait.
Type de document :
Ouvrage (y compris édition critique et traduction)
Oxford University Press, 2006
Liste complète des métadonnées

https://hal-inalco.archives-ouvertes.fr/hal-01476822
Contributeur : Dan Xu <>
Soumis le : samedi 25 février 2017 - 22:43:39
Dernière modification le : lundi 8 octobre 2018 - 16:40:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01476822, version 1

Collections

EHESS | PSL | USPC

Citation

Dan Xu. Typological change in Chinese Syntax, Oxford University Press. Oxford University Press, 2006. 〈hal-01476822〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

223