Typological change in Chinese Syntax, Oxford University Press - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Ouvrages Année : 2006

Typological change in Chinese Syntax, Oxford University Press

(1)
1
Dan Xu

Résumé

In the book Typological Change in Chinese Syntax, I claim that Old Chinese (OC) was typologically a “mixed language”. Old Chinese was not an analytic language as it has usually been treated; it employed phonological, morphological, and lexical devices as well as syntactic means. Grammatical relations were expressed in OC by hidden devices such as alternation between voiced and unvoiced initials, ablaut and tonal changes, and so on. From the Han onwards, the Chinese language began to exploit overt devices, i.e. syntax, to compensate for the loss in phonological and morphological means. Unearthed texts have been long neglected by some scholars of Classical Chinese and are worth more consideration. Overall, the book shows that, since the Han, the Chinese language has fully exploited syntactic devices to the detriment of phonological and morphological devices. This irresistible development means that the syntactic needs originated from the language itself. If the morphology in OC was wiped out, the reason seems to be that the one character–one syllable development, urged perhaps by the rise of tones, was not favourable to recording a morpheme containing more than one syllable or clusters. The book advances the hypothesis that the Chinese language underwent typological changes. Chapter 1 From Old Chinese to Middle Chinese: Word order and word order change, demonstrates that the word order in OC was not homogeneous: VO and OV word orders coexisted, and VO predominates in the oracle bone inscriptions. In the pre-Han classics, it is clear that OV word order appeared under the syntactic condition that the preverbal object was a pronoun in interrogative and negative sentences. In contemporary Chinese, VO word order is dominant. This corresponds to the observations of Greenberg (1963) and Dryer (1992) that VO languages tend to be prepositional, since Chinese mostly uses prepositions, although it has kept a few postpositions. According to various observations, the Chinese language is undoubtedly a VO language, even though some phrases exhibit syntactic properties of an OV language. I thus assume that, typologically, Chinese was not and is not a pure language type. In Chapter 2 Orientation of verbs in Old Chinese, I showed how the orientation of verbs in OC (specifically late OC) was marked. I argued that OC represents a mixed language type in which different devices were used to express syntactic relations. I observed phonological and morphological devices, and specifically studied syntactic devices. In late OC, phonological devices were on the decline and the few traces remaining were hidden in poems and phonetic series or noted in rhyme dictionaries. In contrast to the decline of phonological devices, syntactic devices developed significantly and became dominant. In classical texts, especially in excavated texts, I find numerous examples in which the change of the verb position marks different relations between the agent and the patient. In Chapter 3 Causative structures in Old Chinese, I show that different devices worked together in OC to express a causative meaning. The volition of a verb was not indicated by syntax but by morphological and phonological means. Evidently, the syntactic causative was not sufficient for the evolution of the Chinese language, which tended to mark different grammatical relations more and more by syntactic means. In other words, other syntactic constructions appeared and developed conforming to the historical trends of the Chinese language. In Middle Chinese, pivot constructions flourished in this context. In these constructions, the verb kept its status and was not grammaticalized. Chapter 4 The rise of resultative compounds indicates that the rise of resultative verb (VR) compounds in Chinese marks an important typological change in Chinese. It indicates that the Chinese language developed from a verb–framed language to a satellite–framed language (Talmy 2000). Phonological and morphological means could no longer satisfy syntactic development. The evolution of the verb pò is significant. In contemporary Chinese dictionaries, it is classified either as a verb or as an adjective; this is because it has to choose one syntactic position depending on the start point of an action or its end point. Apparently, pò changed from a typical transitive verb to a pseudo–adjective: it consistently indicates the end point of an action. In the end negative particles are investigated in Chapter 5 Negation in Old Chinese. In this chapter, I briefly examined the negative particles of OC and their simplification. My analyses are based mainly on the comparison of transmitted classics with excavated versions and demonstrate that the differences rest in periods and regions rather than in morphology or syntax. I am interested in the time around the Han Dynasty (206 BC–220 AD). My approach has taken into account not only the syntax of these texts, an elementary and indispensable criterion, but also their graph forms, a significant clue in this research, and finally their phonology, a useful tool in understanding OC texts. My study again shows that OC was not a typologically homogeneous language, but a mixed language in which a morphology, though weak, existed.
Dans le livre Typological Change in Chinese Syntax, nous avons avancé le point de vue selon lequel le chinois archaïque était typologiquement une “langue mixte”. Le chinois archaïque n’était pas une langue analytique comme on le croyait ; il employait aussi bien les moyens phonologiques, morphologiques, lexicaux que syntaxiques. Les relations grammaticales étaient exprimées par des moyens implicites tels que l’alternance entre les initiales voisées et non voisées, ablaut et changement de tons. Depuis les Han, la langue chinoise a commencé à exploiter des moyens explicites, i.e. la syntaxe, pour compenser la perte des moyens phonologiques et morphologiques. Les textes exhumés ont été négligés depuis trop longtemps par certains chercheurs sur le chinois classique et méritent plus de considérations. Le livre a montré tout au long de ses chapitres que depuis les Han, la langue chinoise a exploité pleinement les moyens syntaxiques au détriment des moyens phonologiques et morphologiques. Ce développement irrésistible signifie que les besoins syntaxiques sont générés par la langue elle-même. Si la morphologie en chinois archaïque est tombée en désuétude, la raison semble être que le développement d’un caractère correspondant à une syllabe, lié peut-être à la genèse des tons, empêchait un morphème de véhiculer plus d’une syllabe ou de contenir des groupes de consonnes. Le livre a émis une hypothèse selon laquelle la langue chinoise a subi des changements typologiques. Le Chapitre 1 From Old Chinese to Middle Chinese: Word order and word order change montre que l’ordre des mots en chinois archaïque n’était pas homogène : VO (verbe+objet) et OV coexistaient, et VO présentait un ordre majoritaire dans les inscriptions sur os et carapace de tortue. Dans les canons classiques avant les Han, il est clair que l’ordre des mots OV était soumis aux contraintes syntaxiques : l’objet antéposé devait être un pronom employé dans une phrase interrogative ou négative. En chinois contemporain, l’ordre VO est dominant. Ceci correspond aux observations de Greenberg (1963) et de Dryer (1992) selon lesquelles les langues avec l’ordre VO tendent d’avoir des prépositions puisque la langue chinoise utilise, dans la plupart des cas, des prépositions même si elle a gardé quelques postpositions. Nous confirmons que, typologiquement, le chinois est une langue SVO atypique. Dans le Chapitre 2 Orientation of verbs in Old Chinese, nous avons expliqué comment les orientations des verbes en chinois archaïque (surtout au IIe siècle avant J.C.) étaient marquées. Le chinois archaïque, un type de langue mixte, utilisait des moyens divers pour exprimer les relations syntaxiques. Nous avons observé les moyens phonologiques et morphologiques et étudié les moyens syntaxiques. Au début des Han (IIIe siècle avant J.C.), les moyens phonologiques étaient en déclin : on en retrouve seulement de minces traces dans des poèmes, des séries phonétiques ou des dictionnaires de rimes. En contraste avec le déclin des moyens phonologiques, les moyens syntaxiques se développaient d’une façon significative et devenaient dominants. Nous avons repéré, dans des textes classiques, surtout dans des textes exhumés, de nombreux exemples dans lesquels le changement de position d’un verbe indiquait de différentes relations entre l’agent et le patient. Dans le Chapitre 3 Causative structures in Old Chinese, nous avons montré que différents moyens travaillaient côte à côte pour indiquer la fonction causative. La volition d’un verbe n’était pas exprimée par la syntaxe mais par les moyens phonologiques et morphologiques. Il est clair que la langue chinoise tendait à marquer les relations grammaticales avec de plus en plus de moyens syntaxiques; la causative syntaxique ne suffisait plus et d’autres constructions syntaxiques ont fait leur apparition puis se sont développées dans le sens d’évolution de la langue chinoise. En chinois ancien, les constructions à pivot augmentaient dans ce contexte mais les verbes utilisés dans ces constructions n’étaient pas grammaticalisés comme dans d’autres. Le Chapitre 4 The rise of resultative compounds indique que la montée des verbes résultatifs (VR) en chinois marque un changement typologique important dans cette langue. Il montre qu’elle se développe d’une langue à cadrage verbal (verb-framed) à une langue à cadrage satellitaire (satellite-framed) (Talmy 2000). Les moyens phonologiques et morphologiques ne pouvaient plus satisfaire le développement syntaxique. L’évolution du verbe po ‘casser’ est significative ; il est classé aussi bien dans la catégorie des verbes que dans celle des adjectifs ; en effet sa position syntaxique dépend du fait s’il exprime le point de départ ou le point d’arrivée d‘un processus. Apparemment, po a évolué d’un verbe typiquement transitif vers un pseudo-adjectif : maintenant il indique d’une façon pertinente le point d’arrivée d’une action. A la fin les particules de négation ont été étudiées dans le Chapitre 5 Negation in Old Chinese. Dans ce chapitre, nous avons examiné brièvement les particules de négation en chinois archaïque et leur simplification. Nos analyses sont principalement basées sur la comparaison entre des textes transmis et des versions exhumées. Nous avons montré que les différences résident plutôt dans les périodes et régions que dans la morphologie ou syntaxe. Nous nous intéressons surtout aux Han (206 avant J.C.-220 après J.C.). Nous avons pris en compte non seulement la syntaxe de ces textes, un critère élémentaire et indispensable, mais aussi la forme graphique des caractères de ces textes, une piste précieuse dans les recherches, et leur phonologie, un instrument utile pour comprendre le chinois classique. Nos investigations montrent encore une fois que le chinois archaïque n’était pas typologiquement une langue homogène, mais une langue mixte dans laquelle une morphologie, bien que faible, existait.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01476822 , version 1 (25-02-2017)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01476822 , version 1

Citer

Dan Xu. Typological change in Chinese Syntax, Oxford University Press. Oxford University Press, 2006. ⟨hal-01476822⟩
259 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More