Ethiopie-Russie, une relation spéciale dans les échanges culturels et la formation des élites ? - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Pré-Publication, Document De Travail Année :

Ethiopie-Russie, une relation spéciale dans les échanges culturels et la formation des élites ?

(1, 2)
1
2

Résumé

Ethiopie-Russie, une relation spéciale dans les échanges culturels et la formation des élites ? Entre 1974 et 1991 l'Ethiopie fournit les plus gros contingents d'étudiants étrangers fréquentant les Instituts soviétiques, ce qui n'était pas pour surprendre dans un pays qui avait adopté à partir de 1976 le « socialisme scientifique »et se trouvait être un des plus peuplés d'Afrique. Cependant ce type de relations n'avait pas attendu la chute du negus pour s'instaurer, car dès le XIXe siècle les Russes, bien que censés n'avoir alors aucun objectif colonial en Afrique, avaient manifesté leur sollicitude envers le seul état dans ce continent à maintenir son indépendance depuis des siècles ; dès cette époque des étudiants en nombre certes réduit avaient pris le chemin de St Pétersbourg dans le cadre de ce qu'on pouvait déjà appeler une politique d'Etats. Après avoir rappelé cette ancienneté particulière des échanges entre les 2 pays nous verrons qu'après plusieurs tentatives cette politique d'échange fut réamorcée à coup sûr sous Khrouchtchev entre une monarchie restée très archaïque et le pouvoir communiste issu de la révolution de 1917. Nous montrerons que malheureusement si on s'intéresse particulièrement aux élites formées avant la révolution qui renversa Haylä-Sellasé en 1974 il est extrêmement difficile de retrouver leurs traces dans la vie économique ou politique du pays et que cela reste un champ de recherches à explorer. Un intérêt mutuel ancien L'Ethiopie, dans l'antiquité déjà, au temps du commerce florissant d'Adulis sur la mer Rouge puis grâce à une écriture aussi ancienne que son christianisme (IVe siècle) a toujours maintenu des contacts avec les pays d'Europe et dès le XIVe siècle au moins les a sollicités pour obtenir des artisans maîtrisant des techniques appréciées. Mi-XVIIIe une lettre de Iyassu II (1730-1755) témoigne que la Russie était entrée dans le champ de vision éthiopien et que le souverain abyssin s'était adressé à elle non seulement pour en obtenir des artisans mais aussi des religieux à une époque où l'obtention d'un abun, c'est-à-dire d'un évêque unique désigné par le patriarcat d'Alexandrie pour présider au sort de l'Eglise éthiopienne posait déjà problème. Quant à la Russie c'est à la fin du XIXe siècle que son intérêt s'est éveillé pour ce territoire éloigné.
Fichier principal
Vignette du fichier
papier Elitaf1 von Raesfeldt.pdf (372.43 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

hal-01292595 , version 1 (23-03-2016)

Licence

Paternité - CC BY 4.0

Identifiants

  • HAL Id : hal-01292595 , version 1

Citer

Catherine Hocquet-von Raesfeldt. Ethiopie-Russie, une relation spéciale dans les échanges culturels et la formation des élites ?. 2014. ⟨hal-01292595⟩
314 Consultations
1017 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More