Josef Dobrovský et le criticisme tchèque de la fin du XIXe siècle - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Revue des études slaves Année : 2002

Josef Dobrovský et le criticisme tchèque de la fin du XIXe siècle

(1, 2)
1
2

Résumé

Josef Dobrovský and czech criticism at the end of the 19th century. In the 1880s, the thought of Josef Dobrovský (1753-1829) has become a main reference for the linguistic, historiographie and ethical discussions of the 'realistic' scientists united around Tomáš Garrigue Masaryk (1850-1937). This acknowledgement of Dobrovský's scientific and symbolic leadership, along with a somewhat reductive interprétation of his héritage, marks an attempt to introduce in the national thought of the 19th-century Czech lands a line of criticism linking the enlightenment period to the fin de siècle radically critical orientations.
Cette contribution se propose d’évaluer le rôle, tant scientifique que symbolique, joué par l’œuvre et la personnalité de Josef Dobrovský (1753-1829) dans la naissance et l’évolution du criticisme tchèque de la fin du XIXe siècle, en particulier dans l’émergence du « réalisme scientifique » des années 1880-1890. Dans les années 1880, le nom de Dobrovský traverse en effet les discussions linguistiques, historiographiques et proprement éthiques des universitaires et chercheurs réalistes réunis autour de T. G. Masaryk (1850-1937) et de sa revue Athenaeum (fondée en 1883), qui s’illustre bientôt en opérant la destitution conséquente (à partir de 1886) des Manuscrits de Zelená Hora et Dvůr Králové. À la fin du XIXe siècle, tandis qu’est venue l’heure de repenser l’héritage de la Renaissance nationale, des mises au point se font jour sur ses protagonistes Dobrovský, Jungmann, Palacký… Josef Dobrovský, détracteur trop « tôt venu » du Manuscrit de Zelená Hora, fait alors figure de précurseur, notamment pour avoir pris part, dans les années 1820, à la toute première polémique suscitée par les Manuscrits. Revenir à Dobrovský – référence décisive, tant scientifique que proprement symbolique, dans l’émergence du réalisme scientifique des années 1880 – signifie alors réintégrer, dans l’histoire de la « pensée nationale » tchèque, une ligne de permanence critique à la faveur de laquelle se trouvent reliées les Lumières et cette phase de criticisme total qui caractérise la fin du XIXe siècle tchèque.
Fichier principal
Vignette du fichier
slave_0080-2557_2002_num_74_2_6810.pdf (870.81 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Publication financée par une institution

Dates et versions

hal-01291991 , version 1 (25-03-2016)

Licence

Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification - CC BY 4.0

Identifiants

Citer

Catherine Servant. Josef Dobrovský et le criticisme tchèque de la fin du XIXe siècle. Revue des études slaves, 2002, 74 (2-3), pp.411-418. ⟨10.3406/slave.2002.6810⟩. ⟨hal-01291991⟩
96 Consultations
182 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More