ЛЕСКОВСКИЙ СКАЗ В ПОНИМАНИИ ВАЛЬТЕРА БЕНЬЯМИНА («РАССКАЗЧИК»)

Résumé : En 1936, le philosophe allemand Walter Benjamin faisait paraître dans la revue suisse "Orient und Okzident" (Orient et Occident) un essai sur Nikolaj Leskov intitulé "Der Erzähler" (Le Narrateur) . Ce texte se présente à la fois comme la somme des réflexions de Benjamin sur les genres littéraires dans leurs rapports à l’Histoire (c’est une réponse du philosophe allemand à la Théorie du roman de György Lukacs, parue en 1916) et une fine analyse de l’œuvre narrative de Leskov. On peut s’interroger sur le choix, à première vue assez curieux, de cet écrivain russe mort en 1895 et encore très mal connu en Occident qu’était Leskov. En fait, Benjamin était à la recherche d’une oeuvre susceptible de confirmer une série d’intuitions philosophiques et de fournir une base solide à la rédaction de sa propre théorie de la littérature, qu’il entendait fonder non pas sur l’epos (à la différence de Lukacs), mais sur les pratiques verbales multiformes dans les sociétés traditionnelles. Dans Le Narrateur, Benjamin accorde toute son attention à la réhabilitation du principe narratif dans l’oeuvre de Leskov, ce qui lui permet d’étayer et de développer une thèse qu’il avait déjà esquissée dans "Erfahrung und Armut" (Expérience et pauvreté) : le dépérissement inéluctable de l’art de narrer, et en conséquence le déclin, dans la littérature moderne, de l’expérience « vivante » transmise de génération en génération par le récit oral . Benjamin voit dans cet « échange d’expériences » la marque élective de toute narration et n’hésite pas à attribuer à la tradition orale une dimension eschatologique. Par le truchement de ses vertus remémoratives et consolatrices, le conte dessine la « patrie utopique perdue » de Benjamin. Cette patrie est tout autant sociale et historique que littéraire, car Benjamin envisage généralement les rapports entre l’art et l’Histoire en termes d’auto-réflexion, ou d’auto-réflexivité : l’œuvre d’art sédimente des contenus historiques et sociaux qu’il faut savoir déchiffrer, et l’Histoire se présente quant à elle comme l’infrastructure de l’œuvre d’art.
Type de document :
Communication dans un congrès
Université d'Orel (Russie). Colloque international Nikolaï Leskov, 2005, Orel, Russia. 7 (1), 2005, Učenye Zapiski Orlovskogo gosudarstvennogo Universiteta
Liste complète des métadonnées

https://hal-inalco.archives-ouvertes.fr/hal-01280026
Contributeur : Catherine Géry <>
Soumis le : lundi 29 février 2016 - 12:04:19
Dernière modification le : mardi 11 octobre 2016 - 11:59:37
Document(s) archivé(s) le : dimanche 13 novembre 2016 - 04:56:06

Fichier

Rasskazchik.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01280026, version 1

Collections

Citation

Catherine Géry. ЛЕСКОВСКИЙ СКАЗ В ПОНИМАНИИ ВАЛЬТЕРА БЕНЬЯМИНА («РАССКАЗЧИК»). Université d'Orel (Russie). Colloque international Nikolaï Leskov, 2005, Orel, Russia. 7 (1), 2005, Učenye Zapiski Orlovskogo gosudarstvennogo Universiteta. 〈hal-01280026〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

99

Téléchargements de fichiers

332